TAKANA ZION : Le reggae au service de la versatilité

Le drame guinéen est des plus profonds. D’autan plus profond que le pays ne peut compter sur aucune de ses composantes. Sa jeunesse, mal formée et potentiellement corrompue. L’autorité morale troquant la sagesse et la vérité contre quelques billes de banque et des privilèges symboliques. Les leaders politiques, davantage préoccupés par la conquête du pouvoir que par les intérêts supérieurs du pays. Et ses artistes, plutôt versatiles.
En ce concerne cette dernière catégorie, sa déchéance est aujourd’hui incarnée par Takana Zion. L’homme vogue au gré du vent, comme un navire ivre. On se rappelle en effet ses sorties fracassantes dans l’entre-deux-tours des élections présidentielles. A l’époque, misant sur Cellou Dalein Diallo qu’il voyait comme vainqueur du scrutin, il s’était élevé contre un concert qu’il croyait être une manœuvre destinée à battre campagne pour le candidat Alpha Condé. Cédant à l’émotion du moment, il s’était engagé à ne quitter la Guinée si d’avance, c’est Alpha Condé qui remportait le scrutin.
Bien entendu, il avait essayé d’honorer un tel engagement. Mais il n’a pas pu. Au contraire, une fois de retour, il s’était alors rendu avec le président Alpha Condé à Salvador de Baia, au Brésil. On a alors estimé que c’est la fin de la guéguerre. Hélas !  Avec Takana Zion, on n’est jamais sûr de rien. En effet, il devait ensuite faire une sortie des plus inamicales contre le chef de l’Etat chez nos confrères de Nostalgie FM. Il y accusait notamment le président Alpha Condé de vouloir s’accaparer des terres des Soussous de Kaloum pour les revendre. Largement relayé via Bluetooth, le son avait très vite inondé la capitale guinéenne. Et pour contre-attaquer, le pouvoir s’était empressé de faire diffuser sur le petit écran le séjour de Takana Zion au Brésil, en compagnie d’Alpha Condé.
Et le dernier acte que vient de poser Takana Zion, dans ses multiples volte-face, c’est son intervention à la convention du parti Guinée pour tous (GPT) de Kassory Fofana. Sur l’extrait diffusé par nos confrères de la RTG, le reggaeman, déclare :
Alpha Condé me considère comme son fils. Moi je le considère comme père. Personne ne peut dire qu’il n’a rien fait. Alors qu’on le laisse poursuivre son œuvre.  
Voilà qui en dit long sur le coté caméléon de l’homme.
Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.