Tensions politiques: Le Balai Citoyen appelle à l’arrêt des violences

Face à la recrudescence des violences politiques nées de l’installation des exécutifs communaux, la Cellule Balai Citoyen lance un appel pressant à l’ensemble des forces vives de la nation.

Selon le Coordinateur de cette plateforme de la Société civile, « Les tensions politiques, sociales et communautaires nées de l’installation des conseils municipaux consécutifs aux élections locales du 04 février 2018 ne sont pas de nature à contribuer au renforcement de la cohésion sociale et de la stabilité politique dans notre pays déjà éprouvé par une crise multiforme depuis des décennies. ».

C’est pourquoi, ajoute Sékou Koundouno, face à de tels risques d’implosion sociale susceptibles de précipiter le pays dans une situation chaotique, la Cellule Balai Citoyen en appelle au sens de la responsabilité, de l’honneur, de la dignité mais aussi de l’éthique pour épargner la Guinée constamment à la risée du monde de situations chaotiques irréparables.

C’est pour toute ces raisons, que la Cellule Balai Citoyen réaffirme sa détermination indéfectible à œuvrer auprès de tous les acteurs afin d’éviter à notre chère nation les menaces qui pourraient affecter la paix, le vivre ensemble et le tissu social déjà en lambeau, tout en s’engageant à travailler inlassablement à la consolidation des fondements de la République.

C’est à ce titre que cette plateforme de la Société civile appelle l’ensemble des guinéens à l’arrêt systématique des actes de destruction, de vandalisme, de brutalisassions des personnes et de leurs biens par les unités d’interventions (Police, gendarmerie) ; l’arrêt de la guérilla urbaine, la retenue totale, le départ des voiries publiques des manifestants du côté de Wanindara en vue de favoriser l’instauration de l’état de droit et d’un climat de paix.

A rappeler que les violences enregistrées ces derniers jours à Conakry, font état de 3 morts dont deux jeunes tués par balle et un policier lynché par une foule et plusieurs biens publics et privés détruits.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.