Tenue des législatives : Damaro entre double langage et inconstance

Il dit la chose et son contraire. Il balance entre double langage et inconstance. Damaro Camara ne sait plus où donner de la tête avec la tenue prochaine des législatives, alors que le RPG tangue et souffre encore d’une gueule de bois, après avoir été battu dans toutes les Communes de Conakry.

Dans la même semaine en effet, le président du groupe parlementaire du RPG arc-en-ciel tient deux discours. Le plus récent : « Nous sommes prêts à aller aux élections. » C’était sur les ondes d’une radio privée de la place.

Des jours plus tôt, le même Damaro déclarait sur Guinée news : « Concernant les législatives, nous avons toujours procédé dans ces accords politiques à l’audit du fichier. Les experts qui ont fait l’audit, ont été appréciés de toutes les parties. Ils ont fait des recommandations. Le rapport officiel a été déposé au niveau du comité de suivi. Nous attendons que le président du comité les distribue, nous allons discuter du rapport. A la  mouvance, on voudrait que ceux qui ont fait l’audit, qui ont fait des recommandations, continuent de nous accompagner jusqu’à la mise en œuvre totale de ces recommandations. Ce serait la meilleure façon de certifier la fiabilité. »

Pour Damaro,  « Nous ne connaissons pas encore dans combien de temps ces recommandations vont être mises en place. Ensuite, il va falloir absolument une révision du fichier qui va être aussi légal, ça va être encore exceptionnel.  Ceux qui, depuis les dernières élections législatives, ont eu entre temps 18 ans vont avoir le droit de voter. Ceux qui sont morts, vont être extirpés du fichier. Ça pourrait avoir un petit glissement mais franchement notre volonté est d’aller le plutôt que possible aux élections législatives. » Au niveau du RPG, on salive déjà pour une rallonge du mandat des députés. En cause : «En ce qui concerne l’expiration de notre mandat, nous avons été installés le 13 janvier 2014. Normalement, le 13 janvier notre mandat se termine. Mais le nouveau code dit que le mandat des anciens se termine à l’installation des nouveaux qui doivent arriver au plus tard trois mois avant la première session. La première session de l’année c’est le 5 avril, donc les élections normalement doivent avoir lieu avant le 5 avril pour que les nouveaux rentrent à la fin du mandat des anciens. »

Pour mieux se tirer d’affaire, Damaro Camara évoque un possible vide juridique en la matière dans les lois guinéennes et quand il y a un vide juridique, le juge crée la loi. Alors, préconise-t-il, la Cour Constitutionnelle conseillera éventuellement à l’exécutif et au législatif ce qui doit être fait. Il y a eu une jurisprudence en la matière. « Les deux législatives de Lansana Conté sont parties de 5 ans à 6 ans jusqu’à 7 ans. Comment ils ont fait, je ne sais pas trop. Maintenant, qu’est-ce qu’il faut faire légalement. Certainement, les juristes nous aideront », rappelle-t-il, conforté.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.