TOUGUE : le DPE accusé de violer le protocole d’accord

Dans la matinée de ce lundi 28 janvier les enseignants, les élèves et les parents d’élèves  de la préfecture de Tougué étaient dans la rue pour manifester leur colère contre la violation du protocole d’accord obtenu entre le gouvernement guinéens et le SLECG. Ils dénoncent  des cas de mutations arbitraires  dont ils accusent le directeur préfectoral de l’éducation d’être l’instigateur.

Ils étaient des dizaines dans la rue à se manifester pacifiquement contre les bavures du premier responsable de l’éducation dans la préfecture. Ils ont marché près  de deux kilomètres pour monter leur ras-le-bol. Le responsable local du SLECG de Tougué dénonce  la violation du point trois du protocole d’accord qui dit de rétablir les enseignants muté pour fait de grèves à leurs postes. « La cause c’est la non application du protocole d’accord, concernant le point numéro 3: rétablissement de tous les enseignants mutés pour fait de grèves et le DPE de Tougué même après la grève continue jusqu’à présent de muter les gens de façon arbitraire, il a une liste noire. Tout enseignant qui participe à une réunion du SLEC il est muté. » Martèle Mamadou Diop.

Aussitôt informés des préparatifs de cette marche, le directeur préfectoral de l’éducation a pris la direction de la capitale la veille. Le syndicaliste affirme qu’ils ont déposé la liste des enseignants mutés pour fait de grève au près du Préfet.

Mamadou Diop menace qu’aucun cours ne se tiendra dans la préfecture de Tougué avant la satisfaction de leur revendications « Il n’y’aura plus de cours à Tougué tant que les enseignants muté ne sont pas rétablis dans leurs droits. » lance le syndicaliste.

A noter que toutes les tentatives pour joindre le DPE Elhadj Mamoudou Traoré sont restées

 vaines.

Affaire a suivre.

Thierno Oumar Tounkara, correspondant kabanews à Labe

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.