Train de la banlieue : que cache la réquisition ?

« Le patron de la société chinoise a été interpellé pour escroquerie et notre compatriote Mahmoud Thiam qui à l’époque ou le train débarquait à Conakry était le ministre des Mines est désormais aux arrêts à New-York dans le même cadre. »

C’est l’une des raisons fondamentales qui a grippé les négociations entre Etat guinéen et partenaires chinois, concernant le train de la banlieue Conakry Express. C’est du moins, la raison qu’évoque le ministre des Transports.

Pour Oyé Guilavogui, le gouvernement chinois « nous a interpellés, pour dire qu’on ne pouvait pas négocier avec une société dont le patron était arrêté pour escroqueries. Il fallait arrêter immédiatement les négociations. On a réquisitionné le train pour des besoins publics. Ce train soulageait considérablement les populations de Conakry. Le Président de la République a signé un décret pour le réquisitionner ; il est maintenant en service pour le bien être des habitants de Conakry. »

Le ministre rappelle que les chinois ont bloqué le train Conakry-banlieue au moment de sa prise de fonction, alors qu’il avait été mis à disposition en 2010 et à cette époque, aucune concession n’était signée. Selon Oyé, il y avait juste une simple facture commerciale à l’arrivée du train à Conakry sans aucune forme d’accord. Et d’accuser : « Il a été exploité par la suite par les Chinois et les Guinéens jusqu’à mon arrivée au département. Des ultimatums avaient été lancés et ont finalement été mis à exécution. Le train a été arrêté. J’ai ouvert les négociations avec le ministère de la Justice, celui des Finances, et avec la partie chinoise, sans aboutir à un consensus. »

Le ministre Guilavogui se réjouie d’avoir réussi au cours des négociations à « casser les prix, passant à plus de 80 millions, à 42 millions, avec un échéancier de douze ans et un taux d’intérêt de 0,25 %. Voilà les efforts fournis du côté de l’Etat pour signer la concession. »

On verra bien la suite.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.