Un atelier de formation des formateurs sur les droits humains et le maintien d’ordre s’est ouvert mardi à Conakry

En prélude des prochaines consultations électorales, des agents de police et de la gendarmerie, des acteurs de la Société civile et des jeunes de l’axe Hamdallaye Bambétot-Cosa, entament ce mardi, un atelier de formation des formateurs sur les droits humains et le maintien d’ordre.

Organisé par l’Organisation Guinéenne de Défense des droits de l’homme (OGDH), en collaboration avec le projet Baïllonnette intelligente, cet atelier de formation des formateurs s’étendra du 1er au 5 septembre prochain.

A l’ouverture des travaux, le Colonel Célestin Demba Léno, Formateur en service au Haut commandement de la Gendarmerie nationale est revenu sur les différents thèmes qui seront développés au cours de cet atelier.

« Au cours de ces 5 jours de formation, nous allons développés des thèmes liés aux élections, notamment le code de conduite des forces de défense et de sécurité, la problématique de la réquisition. Il y aura également la garde à vue. Nous allons les enseigner un peu la garde à vue, par rapport au respect des droits de l’homme et la légitime défense. Vous savez, on a réuni ici des agents chargés de la police judiciaire et les agents chargés des interventions au cours de maintient d’ordre. A l’issue de la formation, ils doivent se mettre dans la peau d’un homme chargé de sécuriser les citoyens, de protéger leurs biens et d’assurer leur libre circulation ».

De son côté Allarény Camara, chargé de la formation à l’OGDH, dira que cette formation s’inscrit dans la logique de l’instauration d’un Etat de droit en Guinée.

« Nous sommes décidés de redorer le blason au sein des forces de défense et de sécurité qui ont à un moment donné perdu l’amitié ou la sympathie de la population guinéenne. Nous sommes en train de rétablir le pont entre les civiles et les militaires ». Il s’agit, selon M. Camara, de « sensibiliser les agents chargés de maintien d’ordre aussi bien au niveau de la gendarmerie que de la police qui sont souvent sur le terrain et qui affronte les jeunes sur le terrain, pour que dans cet affrontement, ils acceptent d’utiliser les moyens conventionnels pour disperser les mouvements afin qu’il ai moins des dégâts et moins de pertes en vies humaines ».

Pour sa part, Mamadou Kaly Diallo, Consultant du Projet la Baïllonette intelligente dira que cet atelier vise à renforcer le dialogue social et la consolidation de la paix.

« Depuis fort longtemps, la Baïllonette intelligente s’est inscrite dans une logique de formations en cascade sur les stratégies de non violence. Il y a également le renforcement de capacité du réseau d’acteurs de paix et puis cette fois-ci, nous nous engageons dans une cascade de formations, ça c’est au niveau national. Au sortir de cette formation, il y aura le niveau régional. » a-t-il indiqué.

Le Conseiller technique du projet la Baïllonette intelligente, Aboubacar Souaré, dira de son côté, que le projet la Baïllonette intelligente, consiste d’utiliser les forces publiques, qu’il s’agit des forces de défense et de sécurité, qui doivent être utilisées dans le respect des normes républicaines.

« Notre ambition dans ce projet guinéo-allemand, supporté d’un côté par le Conseil mondial pour la paix, et l’OGDH, est de contribuer à la reforme du secteur de sécurité engagé par le gouvernement guinéen, qui vise à amener les militaires, les gendarmes et les policiers à exercer la force publique dans le respect des textes internationaux, dans le respect de la Constitution guinéenne, qui en son article 6 stipule ‘’nul n’a le droit d’exercer un ordre manifestement illégal’’. Donc, cet article représente le fil rouge du présent atelier » a-t-il précisé.

A noter que la clôture du séminaire est prévue pour le samedi prochain.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.