Un député dénonce les « huit frondeurs incompétents » de la Cour constitutionnelle

Frondeurs, pagailleurs, instrumentalisés, tireurs à la gâchette facile, etc. Les qualifications auront manqué vraiment pour désigner ceux par qui le désordre se maintient encore à la Cour constitutionnelle.

Pour Ousmane Gaoual Diallo, ce ne sont ni plus, ni moins des « frondeurs incompétents » qui entre dans la danse pour destituer le président Kélèfa Salla, or, poursuit le député UFDG, « Lorsqu’un arrêt est pris dans l’illégalité, ça n’a aucun intérêt. L’arrêt de la Cour constitutionnelle ne fait l’objet d’un recours que si celui-ci est pris conformément à la loi. Lorsque c’est un forfait qui est pris, c’est un arrêt inutile, bidon qui ne se repose sur rien. » Derrière ce comportement irresponsable des conseillers qui écument la Cour, le député y voit des militants du RPG. Et par conséquent, « Ils n’ont qu’à rejoindre le parti de la mouvance pour qui ils roulent. »

En tout état de cause, « Le destin d’Alpha Condé est désormais lié à celui de Kéléfa Sall. Le jour où il va le débarquer, il faut qu’il comprenne que ce parallèle est réel. »

En attendant, ce mercredi, un sit-in est prévu à la devanture des locaux de la Cour pour désapprouver la destitution de Kéléfa Sall. L’initiative est venue du Balai citoyen. Elle est largement soutenue par des leaders politiques dont l’UFDG. De son côté, le Parti de l’Espoir pour le Développement National – PE.D.N s’est fendu aussi un communiqué invitant « ses militantes et militants à prendre part au sit-in organisé, le mercredi 19 septembre 2018 à partir de 9 heures devant le siège de la cour constitutionnelle, à Kaloum au quartier Almamya. »

On verra bien.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.