Un béret rouge blessé à Bambéto après les funérailles d’un jeune

Après les funérailles d’un militant de l’opposition tué par balle le 07 novembre à Wanindara, des jeunes en colère ont arrêté un béret rouge de BATA qui circulait à moto et l’ont battu à mort.

Des rumeurs faisant état de sa mort se sont propagées à Conakry et sur les réseaux sociaux, amenant certains habitants de la zone à fuir par peur des représailles Mais ces informations ont été vite démenties par le responsable de la Communication de l’armée.

Selon Aladji Cellou Camara, ‘’Après les incidents qui viennent de se produire à Bambeto, en banlieue de Conakry, nous sommes en mesure de confirmer que le blessé (cap. V.G.) reçoit en ce moment des soins », a affirmé sur Facebook le chef de la Direction de l’information et des relations publiques de l’armée (Dirpa), ajoutant que « sa vie n’est pas en danger ».

Aux dernières nouvelles, le militaire serait hospitalisé à l’hôpital sino-guinéen à Kipé et reçoit en ce moment des soins intensifs.

La semaine dernière, au lendemain du meurtre des deux jeunes, un policier a été lynché par des jeunes en colère qui ont voulu venger leurs amis. Peu après ce meurtre, la zone a été militarisé et des pauvres citoyens innocents ont payé les frais. Déployés sur les lieux, les forces de l’ordre ont fait des pillages dans plusieurs concessions avant de procéder à des arrestations.

Au moins 25 personnes arrêtées parmi lesquelles figurent un muezzin et une veuve, ont été présentés à la presse par la police, à visage découvert, comme étant des présumés auteurs du meurtre.

Alors que l’installation des exécutifs communaux se poursuit et est réalisé à 95%, selon le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, la tension reste vive entre pouvoir et opposition, qui dénonce le non respect des accords du 08 Août, qui avait mis fin au contentieux électoral.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.