Une mission du SLECG à Labé

Dans le cadre de la relance des activités de leur mouvement suite au mot d’ordre de grève déclenché par Aboubacar Soumah , le bureau du SLECG de Labé a accueilli une mission du bureau nationale ce dimanche 02 décembre 2018.

En marge de cette rencontre, ce lundi 03 décembre 2018 où tout le monde s’attendait  à une reprise effective des cours dans la préfecture de Labé, un mouvement  s’est déclenché au lycée Hoggo M’Bouro et a provoqué  l’arrêt des cours dans les autres établissements de la commune urbaine de Labé.

Pris de panique cet élève du dit établissement revient sur les circonstances qui les ont faites  sortir dans les salles des classes. « Dès que nous sommes rentrés, un pick-up de la gendarmerie est passé, le proviseur nous dit de rester calme les gendarmes sont venus nous sécuriser. C’est suite à un mouvement qui s’est déclenché, je ne sais pas si ce sont des élèves ou des délinquants qui nous ont lancé ici des pierres, nous aussi on est sortis les pourchasser. Ils nous ont dit de rentrer à la maison » à  laissé entendre Mamadou Maladho Baldé.

Élève en 12 ème année sciences  sociales au lycée wouro, Bah Mamadou Saliou explique que les cours avaient repris temporairement malgré que certains venaient en civile, mais des élèves sont venus perturber les cours en lançant des cailloux sur les tôles de l’établissement.

Dans la préfecture de Lélouma les enseignants étaient dans la rue ce matin pour réclamer le dégèle de leurs salaires et dénoncer les mutations arbitraires qui prennent  de l’ampleur dans la localité. Ils exigent le départ du directeur préfectoral de l’éducation.

A Pita, ça fait 5 jours que certains enseignants vivent cachés après une sortie médiatique sur les ondes en marge d’un sit-in jeudi dernier. Ils estiment être recherchés activement par les services de sécurités suite à la revendication de leurs droits.

Cette situation se présente alors que la grève du syndicat libre des enseignants et chercheurs  de Guinée entre dans son troisième mois et aucune négociation n’est entamée avec le gouvernement.

Thierno Oumar Tounkara, correspondant Kabanews à Labé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.