Validation du scrutin du 11 : ce que peut la Cour constitutionnelle…

Prendre tels que les résultats ont été ficelés par la Ceni, en rajuster un peu, puis valider. C’est du moins ce que pourra faire la nouvelle Cour constitutionnelle, en lieu et place de la défunte Cour suprême qui jusque-là n’a jamais pu ou voulu dire le droit.

De grands magistrats composent cette CC mais, ce n’est pas évident, avec tous les manquements constatés (bourrages d’urnes, urnes fictives, chasse au faciès, implication de l’administration locale, etc.) que cette Institution républicaine invalide le passage en force d’Alpha Condé. La raison est évidente : le président candidat, sans même attendre que les résultats soient validés ou invalidés, consulte déjà pour la future composition du gouvernement, jubile et nargue certains adversaires politiques. Il fait comprendre aux uns et aux autres qu’il ne gouvernera pas seul, mais, avec l’opposition, en prenant soin d’esquiver le chef de file de cette même opposition, pour ne s’occuper que des seconds couteaux, comme pour jouer l’équilibriste.

Le jeu est connu d’Alpha Condé. Personne n’est dupe si ce n’est des politiciens du genre : Badiko et compagnie. Le plus dur reste à venir les multiples déceptions aussi. Avec Alpha, jamais rien n’est moins sûr.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.