Vers une retraite anticipée de Soumah ? ‘’ C’est une décision erronée’’, réagit le syndicaliste

Alors qu’un congrès du Syndicat des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) se profile à l’horizon sur fonds de division des syndicalistes, des manœuvres tendant à anticiper la retraite d’Aboubacar Soumah seraient en cours au département en charge de l’enseignement pré-universitaire.

Invité dans l’émission les ‘’Grandes Gueules’’ de la radio Espace fm, ce mercredi, le mis en cause n’a ni infirmer, ni confirmer. Aboubacar Soumah, parce que c’est de lui qu’il s’agit, qualifie pour l’instant ces informations des rumeurs.

‘’ Ces rumeurs-là, moi je les entends à travers les informations qu’on nous donne, à travers les réseaux sociaux et certaines radios. Mais pour le moment, il n’y a pas de confirmation. J’ai vu un acte qui est pris par le ministre de l’éducation nationale et les enseignants m’ont fait voir cette copie hier, me mettant à la disposition de la fonction publique’’, a-t-il déclaré chez nos confrères d’Espace Fm.  

Face aux agitations des autorités en charge de l’éducation, qui cherchent à casser le mouvement de grève projeté par le syndicat des enseignants, en février prochain, Aboubacar Soumah, qui ne savoure pas vaincu, ne compte pas obtempérer :

‘’Le ministre ignore les textes puisque moi, je suis du cadre unique de l’éducation, on ne peut pas me faire quitter l’éducation pour une autre corporation. Je suis presqu’en fin de carrière, il me reste trois (3) ans. Ce n’est pas normal, un ministre ne doit pas travailler comme ça. Ce n’est parce que nous sommes dans un processus de grève, qu’il prenne des actes comme ça. Pour nous, ça c’est nul et de nul effet parce que c’est une décision erronée. Même si on officialisait cette décision, je ne vais pas y obtempérer parce que nous sommes en période de lutte’’, a fait savoir le Secrétaire général Adjoint exclu du SLECG.  

 ‘’Nous avons engagé un mouvement et je suis syndicaliste’’, a-t-il ajouté.

 A rappeler que le congrès du SLECG est prévu pour ce vendredi 26 janvier 2018 pendant le syndicat reste divisé, après l’exclusion d’Aboubacar Soumah, qualifié de rebelle par le pouvoir en place.

Comme on le voit, les jours qui suivent s’annoncent déterminants pour les syndicalistes.

Mariam Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.