Victoire du Syli : « Il y a encore un long chemin », prévient le sélectionneur

Après la courte victoire du Syli national de Guinée face à l’équipe Centrafricaine, Paul Put se veut prudent et rappelle que le chemin est encore long pour arriver à la qualification pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations Cameroun 2019.

Dans sa réaction après match, le Sélectionneur du Syli national, qui a salué la prestation de ses joueurs, ne cache pas ses ambitions pour la suite de la compétition.

S’exprimant au micro de nos confrères de mediaguinee, Paul Put, analyse le match Guinée-Centrafrique  et se projette pour l’avenir. Extrait de sa réaction…

 

« On a fait les 20 premières minutes sur un très bon niveau, après on a lâché. Au moment qu’on a lâché, il y avait des petits problèmes et on a corrigé les choses. Lors de la première mi-temps, on devait marquer 2 buts mais la deuxième mi-temps c’était beaucoup mieux. Heureusement qu’on a marqué un but, dommage qu’on a raté beaucoup de buts mais je pense que ce que les joueurs ont montré ce n’est pas mauvais, il y a beaucoup de travail à faire mais je suis très content des joueurs parce qu’ils ont vraiment travaillé, ils ont montré que la Guinée attendait une victoire après plusieurs défaites à domicile. Incha Allah, nous allons continuer pour faciliter le prochain match à domicile contre le Rwanda. Au niveau des défenseurs, on était trop latéral, on a donné le temps à l’adversaire de s’organiser, c’est ce qu’on va éviter si on joue à domicile. J’avais demandé aussi à Kamano de rentrer plus, et entre temps ça a bien marché mais on n’est pas arrivé d’abord, il y a encore un long chemin, je pense que c’est important pour le pays, pour les joueurs, pour l’entraîneur et pour tout le monde. Je suis fier d’être ici, je suis fier du public, maintenant on va pousser les supporters d’être derrière l’équipe du début jusqu’à la fin. Je suis satisfait de tous les secteurs mais on doit être encore mieux au niveau du jeu, dans le football, il y a beaucoup de choses, ce n’est pas seulement les efforts, il y a aussi le jeu psychologique, la communication dans tous les rangs, il y a quelqu’un qui a fait la communication pour l’organisation, alors les nouveaux Guinéens qui sont venus, ils sont bien intégrés. C’est un collectif mais je ne vais pas dire que ce sont les niveaux seulement qui font la différence, non, c’est un groupe, c’est une famille cela veut dire avant le match, on a commencé avec tout le monde et on va terminer avec tout le monde. Je sais en Guinée c’est pas facile parce que tout le monde est né avec le ballon dans le ventre. Je sais que ce n’est pas évident d’être entraîneur en Guinée, maintenant j’ai demandé aux joueurs de jouer pour le public, pour où tu étais né, pour tes parents où tu as grandi, il y a beaucoup de pauvreté, on peut faire quoi pour eux ?  C’est la bonne prestation maintenant. Je suis sûr que ceux qui sont malades vont danser »,

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.