Violences conjugales : Une femme disparait avec sa fille de 5 ans pour cause d’excision


C’est un fait inédit qui s’est déroulé cette semaine au quartier Yattaya dans la Commune de Ratoma.
Longtemps traumatisée par son époux, qui subi une pression de sa famille pour le respect de la tradition, une femme a disparu récemment avec sa fillette de 5 ans. Mme Aissatou Condé, parce que c’est d’elle qu’il s’agit, a pris la fuite, quelques jours après des violences conjugales.
Selon un proche de la famille, sa dernière apparition remonte le weekend dernier, au lendemain des violences conjugales, consécutives à la décision de son mari d’exciser sa fille.
« Son mari avait déjà pris un rendez-vous pour la cérémonie d’excision de sa fille Aissata Gassama. Quand toute la famille se préparait à la cérémonie, qui devait même connaitre la présence de notre maman, qui devait venir du village, des disputes ont commencé entre mon grand-frère et sa femme. Celle-ci ne voulait pas entendre parler de ça alors que son mari tenait coûte que coute. Finalement, on ne l’a pas vu, elle a disparu avec la fillette, qui n’est pas aussi retrouvée. Cette situation nous inquiète beaucoup. Ce qui fait que nous avons lancé un avis de recherche à travers les médias afin de pouvoir retrouver Aissata Gassama et sa maman. », a lancé Mamoudou Gassama.


Et le petit frère du mari d’Aissatou Condé d’ajouter : « Depuis le 12 Avril dernier, on n’a pas eu ses nouvelles. Elle a profité de l’absence de mon frère pour partir avec la fillette. Mais on a lancé un avis de recherche à toute personne qui les retrouverait aura une récompense de 50 millions de francs guinéens. », a-t-il déclaré à la presse.

D’ailleurs, ajoute-il, « Voyant qu’elle est partie, mon frère a demandé à ce que les 4 orphelins qui étaient avec nous mais qui étaient à sa charge quittent la concession familiale, si elle ne revient pas avec la fillette. »


Selon un voisin que nous avons approché, M. Gassama, le mari de la dame est un homme fortuné qui jouit d’une grande réputation auprès de l’opinion publique mais qui reste très attaché à la tradition. Un comportement qui serait d’ailleurs à l’origine des conflits ayant conduit à cette situation désastreuse.
Interrogé sur le sujet, le porte-parole de la police dit avoir été saisi par M. Gassama pour des faits d’enlèvement d’enfant par une dame dont on n’a pas encore retrouvée.
« Nous sommes dans la phase d’investigation, à ce stade je ne pourrais rien vous dire. C’est qui est sûr, ce que nos équipes sont sur le terrain et les recherches se poursuivent pour retrouver la fillette et éventuellement sa maman », a déclaré le commissaire Kassé au bout du fil.
Pour l’instant, les recherchent se poursuivent, mais l’inquiétude grandit dans la famille Gassama, qui n’a qu’un seul objectif, retrouver la fillette de 5 ans en bon état.
Malgré du fait que la Guinée ait ratifié des conventions internationales pour la protection de la femme en général et de la jeune fille en particulier, l’excision reste encore une pratique à grande échelle. La tradition et les coutumes continuent à influer notre société.
Or, le gouvernement et de nombreux défenseurs des droits de l’homme multiplient les actions de sensibilisation afin d’abandonner cette pratique dont les conséquences sont nombreuses pour l’épanouissement de la jeune fille.
Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.