Visite d’Hollande en Guinée : Ebola, vraiment une opportunité ?

On conviendra certainement qu’Ebola est une opportunité pour Alpha Condé. A lui et à lui seul. Les opposants ne marchent plus dans les rues, ils ne tiennent plus d’assemblée générales ordinaires de leurs partis respectifs. Le locataire de Sékhoutouréya est donc peinard. Il voyage, toujours entre deux avions. Il s’en fout. Quoi de plus opportun chez lui ! Aujourd’hui, à cause d’Ebola, en route pour le Sommet de la francophonie au Sénégal, François Hollande fera escale à Conakry, pour le 28 novembre.

Une visite officielle « consacrée à la mise en œuvre des actions du plan de lutte contre le virus Ebola en Guinée », précise l’Élysée dans un communiqué. Selon la presse française, lors d’une intervention devant la Fondation Chirac ce vendredi, François Hollande a précisé que « la France agit avec d’autres en Guinée, elle y a installé un hôpital, notamment en Guinée forestière ». Par ailleurs, « elle appuie les organisations humanitaires » qui « sont présentes, notamment à Conakry ». Le chef de l’État français a confirmé qu' »une équipe de quatre experts français » se rendait ce vendredi « à Bamako, au Mali, pour étudier l’opportunité de créer un centre de traitement sur les lieux mêmes de la contamination », qui touche également ce pays depuis peu.

Récemment, lors d’une audience avec la présidente de la commission de l’Union Africaine au Palais présidentiel, M. Condé avait laissé entendre : ‘’le peuple guinéen doit savoir qu’il n’est pas lésé dans cette épreuve. Nous ferons en sorte qu’Ebola qui nous fatigue puisse se transformer en potentialité pour renforcer nos capacités hospitalières afin qu’on n’ait plus besoin de l’extérieur pour nous soigner’’. C’est donc une opportunité pour Alpha Condé de se trouver une certaine virginité. Mais surtout de se faire essuyer les larmes après les piques de Sydia se moquant de son président qui voyage sans résultats ou retombées pour les Guinéens. Plus de 1233 morts d’Ebola, à la date du jeudi 20 novembre. Avec cela, Condé dit que c’est une opportunité.

Mais Sydia Touré, estime que c’est absolument faux: ‘’Ebola n’est pas une opportunité. Ebola, c’est un drame. Nous sommes dans une situation telle que, quand vous prenez par exemple les paysans du Fouta, ils écoulaient plus de 30 000 tonnes de leurs pommes-de-terre au Sénégal. Aujourd’hui, ce n’est pas vendu’’, regrette l’opposant. Ce qui est évident, l’arrivée de François Hollande fait suite à une demande formulée par Alpha Condé en août 2013, lors d’un tête-à-tête en marge de la cérémonie d’investiture à Bamako du président Ibrahim Boubacar Keïta « IBK ». Il s’agit de la première visite d’un chef d’Etat français depuis celle de Jacques Chirac en 1999.

Jeanne FOFANA, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.