Visite Mohammed VI : ces piques inopportunes d’Alpha Condé

A k

Kankan, c’était les mêmes piques. Celles envoyées à des personnalités politiques ou autres supposées êtres des adversaires. Devant l’hôte marocain, ce jeudi, les mêmes piques. Alpha Condé peine à gouverner, à rassembler mais surtout à se débarrasser de sa tunique d’opposant.

Il oublie qu’il est le président de la République, celui de tous les Guinéens y compris ceux qu’il considère être ‘’les ennemis du changement’’. Du fameux changement. Jeudi, après la signature des accords avec les Marocains, Alpha dégaine. Encore et toujours avec la même constance : «Je peux dire que Dieu aime la Guinée, ceux qui voulaient que la Guinée n’aille pas de l’avant parce que le voyage du Roi cette fois-ci allait être extrêmement important pour le développement de la Guinée, ils ont échoué. Ils ne voulaient pas que ce voyage ait lieu. Ils ont mis des voyous dans la rue, mais Dieu aime la Guinée. Le train du changement en Guinée a démarré. Ceux qui ne monteront pas, resteront au bord de la route.»

Tout le monde montera sauf que ce train est ivre et le pilote, conducteur tout aussi ivre-mort. Donc on fonce tout droit dans le chaos. Qui dit mieux ! Personne, aucun Guinéen ne peut s’opposer au développement. Tout le monde aspire à ce bien être. Aux routes, à l’eau courante, à la sécurité des personnes et de leurs biens, à une éducation de qualité, à une autosuffisance alimentaire qui attire, etc.

Déclarer que ce sont des voyous qui étaient dans la rue, c’est mal connaitre l’éducation, les élèves et enseignants.

Négliger, mépriser de la sorte un mouvement d’ensemble pourrait bien être fatal pour un président aux décisions hasardeuses et aux répliques méprisantes. Allons donc.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.