Voici pourquoi Abdoulaye Bah est indésirable à Kindia

Abdoulaye Bah n’a pas maille à partir avec tout Kindia : « Ce ne sont pas les chefs coutumiers au pluriel. C’est Elhadj Mamoudou et Elhadj Sékhouna Soumah. A Kindia, je n’ai de problème avec personne. Ni avec un jeune, ni avec un adulte, ni avec un sage, ni avec une femme », précise le maire UFDG.

Voici donc pourquoi il est indésirable : « C’est l’entreprise de vol électoral qui a échoué, c’est ce qui a créé la panique dans le camp de ceux-là qui attendaient de voler Kindia. Ce sont ces gens-là tapis dans l’ombre depuis toujours qui pillent Kindia au niveau des marchés et des revenus miniers. Voilà pourquoi ces gens-là crient.  Ils veulent aussi montrer à Alpha Condé qui les a donnés des milliards pour Kindia, qu’ils ont fait un travail. Mais leur travail a été mal fait puisque nous les avons laminés dans les urnes, nous avons gagné. Donc ceux qui crient aujourd’hui, ce sont des gens qui veulent aussi justifier que l’argent qu’ils ont reçu d’Alpha Condé a été utilisé. Mais ils n’ont rien gagné ici, ils n’ont rien eu. Le peuple a décidé, il a voté pour moi. J’ai travaillé pour avoir les 22.143 voix. Et ce n’est pas quelqu’un d’autre qui pourrait venir me damer ma victoire alors que nous avons travaillé pour obtenir ce score de manière démocratique. »

Et Abdoulaye Bah de mettre le pied dans le plat : « Il y avait des gens ici qui depuis 30 à 40 ans se partageaient Débélen. C’est lorsque je suis venu à la délégation spéciale en 2016, j’ai assisté à ce partage, j’ai regardé le code minier, j’ai constaté que l’article 130 du code ne dit pas qu’il faut partager l’argent. J’ai incidenté jusqu’à ce que je sois reçu par monsieur le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Monsieur Bouréma Condé à qui j’ai expliqué l’affaire. Ils ont bloqué l’argent à la Banque Centrale, cela a créé une panique dans le camp des spoliateurs de Kindia. C’est exactement cela. Ce sont des gens qui espéraient qu’avec l’élection volée, ils allaient nous exclure de la mairie pour continuer à voler Kindia. Sinon ces gens n’ont aucune raison de contester la voix populaire. » On comprend donc aujourd’hui que « les dessous de tout ça, ce sont les intérêts économiques, illicites et illégaux. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.