Ressources financières: l’UFDG, le parti qui était en alerte rouge !

Il y a environ six mois le parti de Dalein était déclaré en faillite. Il manquait de ressources financières, à telle enseigne que le président de l’UFDG lui-même s’est fendu une demande express pour faire face aux « arriérées, notamment à l’endroit des avocats qui font du reste un excellent travail tant au plan du plaidoyer que celui de la communication. Et comme cette situation semble perdurer et nos déficits se creusent, nous avons jugé utile de nous adresser à nos fédérations de l’étranger pour solliciter leur assistance. »

Un semestre après cette requête qui avait créé une levée de boucliers au niveau de certains adversaires politiques y compris Bah Oury, le parti semble bien se porter. Remise à flots par la réaction positive de nombreux militants et sympathisants, l’UFDG se requinque. Du moins, c’est ce qu’on nous apprend.

Ce sauvetage in extremis n’est pas du goût de Bah Oury, lequel émettait déjà des doutes et accusait de facto : « L’utilisation des ressources est gérée de manière discrétionnaire par Cellou et Kenda, son trésorier. Lorsqu’ils nous disent qu’il y a des dettes, ce sont des dettes de Cellou et non celles du parti. On n’a jamais eu de transparence dans la gestion ».

Il n y a jamais eu de réplique à cette autre accusation de l’exclu du parti. On a préféré passer se concentrer sur autre chose. Et, visiblement, c’était plus sage !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.