Zimbabwe : « Bouleversée » par la démission de son mari, Grace Mugabe veut divorcer

Première Dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, rêvait de remplacer son très vieux mari qui trônait à la tête du pays depuis 37 ans. Mais à 93 ans, Robert Mugabe a été contraint d’abandonner le pouvoir sous la pression de l’armée, qui avait pris le contrôle du pays mi-novembre.

Un mois plus tard, l’ex-Première Dame déchue a demandé le divorce après 21 ans de mariage. Mais attention, selon la presse locale, il ne s’agit pas d’une crise conjugale.

10 choses à savoir sur Grace Mugabe, personnage clé de la crise au Zimbabwe

« Elle a été très bouleversée »

Moins d’un mois après la démission forcée de son mari, Grace Mugabe a donc « décidé de quitté son époux », selon APR News. Une information qui aurait d’abord « circulé sous le manteau » avant d’être confirmée par des sources proches de la famille ainsi que par le correspondant d’APR News au Zimbabwe. 

Surnommée « Gucci Grace » ou « la reine du shopping », l’ancienne Première Dame aurait demandé le divorce mercredi 29 novembre pour ne plus avoir à vivre « l’humiliation de la perte du pouvoir ».

Des proches de la famille se sont confiés sur les états d’âme de celle qui est accusée d’avoir « coulé » son époux depuis leur mariage en 1996 : 

« Elle a été très bouleversée après que son mari a abandonné le pouvoir à son vice-président évincé. »

« Vous devriez me laisser prendre votre place »

La déconvenue est en effet de taille pour celle qui désir accéder au pouvoir depuis des années. Début novembre dernier, dans un stade, lors d’un grand rassemblement de ses soutiens, elle proclamait d’ailleurs sans gêne :

Je dis à monsieur Mugabe, vous devriez… me laisser prendre votre place. […] N’ayez pas peur. Si vous voulez me donner votre poste, donnez-le moi librement.

Une ambition politique qui aurait même précipité ce « vrai-faux » coup d’Etat mettant Robert Mugabe totalement hors-jeu.

Il faut dire que les citoyens du pays n’auraient pas supporté cette succession matrimoniale. Eux qui détestaient Grace pour ses goûts de luxe et son amour du shopping dans un pays où la majeure partie de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. Au point de rebaptiser la Première Dame déchue « DisGrace » (la honte).

Née en Afrique du Sud de parents zimbabwéens, Grace Mugabe avait été recrutée comme secrétaire à la présidence du Zimbabwe, où elle a rencontré Robert Mugabe et est devenue sa maîtresse. Elle n’est devenue sa femme qu’après le décès de Sally Hayfron, première femme du président et militante très appréciée de la population. Ils s’étaient mariés en grande pompe, en 1996, devant 12.000 invités.

Selon le porte-parole de la magistrature, Lawrence Brown, les procédures de divorce sont en cours. Si les deux parties sont d’accord, les deux époux pourraient être divorcés d’ici un mois. 

L'Obs
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.