Zimbabwe : le président Robert Mugabe aurait accepté de démissionner

Il n’avait plus vraiment le choix. Lâché par son propre parti, au lendemain d’une manifestation monstre dans les rues de la capitale Harare, Robert Mugabe a accepté de démissionner ce dimanche, selon son entourage.

Robert Mugabe avait été démis de la présidence de son propre parti, la Zanu-PF, au pouvoir depuis 1980. Le mouvement, qu’il tenait d’une main de fer depuis l’indépendance du pays, l’a remplacé ce dimanche par Emmerson Mnangagwa, son ancien vice-président qu’il avait limogé la semaine dernière.

C’est d’ailleurs ce geste qui avait mis le feu aux poudres mercredi et poussé les militaires à se révolter. Le dauphin déchu est donc de nouveau en position de succéder au «Vieux Lion». Le parti l’a d’ores et déjà officiellement désigné candidat à la présidentielle de 2018.

Mais au-delà de la crise économique et financière marquée par un chômage de masse, la révolte trouve surtout son origine dans un conflit de succession au pouvoir entre la très controversée femme du président âgé de 93 ans et les héritiers potentiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.